EDGAR MORIN

Ce que nous savions déjà...



Nous avons appris ce que nous savions déjà, mais qui n'était pas au centre de nos consciences.

  1. que l'humanité planétaire est mortelle, non seulement à terme, mais dès maintenant;

  2. que notre civilisation a produit les moyens de destruction qui font que l'humanité soit mortelle;

  3. que le XXe siècle a vu se nouer l'alliance entre deux barbaries, l'une, de destructions et massacres venus du fond des ages historiques, l'autre intérieure a notre civilisation, venue du règne anonyme et glacé de la technique, d'une pensée qui ignore tout ce qui ne relève pas du calcul et du profit.  Le bin laddenisme constitue une nouvelle alliance entre les deux barbaries;

  4. que la civilisation occidentale a produit les trois antidotes à la barbarie; ceux-ci bien qu'insuffisants, fragiles et menacés, sont l'humanisme universaliste, la démocratie, la laïcité;

  5. que ce sont ces vertus qu'il faut sauvegarder et propager, non les formes barbares de la civilisation occidentale;

  6. que l'occident, très sensible pour les souffrances des siens, se montre indifférent et pire impitoyable aux souffrances des autres : ainsi la sensibilité aux 3.000 morts du World Trade Center a été suivie par une insensibilité totale aux civils afghans victimes des bombes aux missiles, et manifeste une indifférence glacée aux répressions aveugles dont souffre le peuple palestinien, comme elle s'est montrée, dans le passé insensible aux victimes africaines, asiatiques dont celles de Hiroshima;

  7. qu'on n'aura jamais un monde noble par des moyens ignobles;

  8. que l'édification d'une société monde est devenue vitale; seule une société monde peut répondre à une Terreur Monde. D'où la nécessité de dépasser l'idéologie économistique qui donne au marché mondial la mission de réguler la société-monde, alors que c'est la société-monde qui doit réguler le marché mondial;

  9. que les Etats-unis et plus largement l'Occident oscillent entre deux voies celle de la folie, à terme catastrophique et celle de la sagesse, difficile et aléatoire. La sagesse dit qu'il faut non une politique impériale mais une politique de civilisation pour la société monde. La voie de la Folie est celle de la croisade, de la diabolisation, du manichéisme aveugle (car il y a du mal dans le bien mais aussi du bien dans le mal) et, développant l'hystérie de guerre, elle est la voie des massacres  de part et d'autre;

  10. que La voie de la Sagesse  comporte la prise de conscience capitale de l'inter solidarité humaine et de la communauté de destin planétaire. nous sommes tous enfants et citoyens de la Terre;

  11. qu'une reforme de pensée, inséparable d'une reforme de l'esprit, elle même inséparable d'une réforme de notre être individuel, nous demande (tout en sauvegardant nos racines), de comprendre autrui, de nous désegocentrer, désethnocentrer.

Egdar MORIN
Directeur de Recherche Émérite au CNRS
Président de l'Agence Européenne pour la Culture
Président de l'Association pour la Pensée Complexe

January 28, 2002


Bulletin Interactif du Centre International de Recherches et Études Transdisciplinaires n° 16 - Février 2002

Accueil bulletins sommaire précédent 

Centre International de Recherches et études Transdisciplinaires
http://ciret-transdisciplinarity.org/bulletin/b16c22.php - Dernière mise à jour : Samedi, 20 octobre 2012 12:12:15