YVES DURAND

L'apport de la perspective systémique de Stéphane Lupasco
à la théorie des structures de l'imaginaire
et à son expérimentation



Mon propos a pour but de rappeler comment s'est effectuée en 1962 - il y a 36 ans ! - la rencontre entre les travaux de Stéphane Lupasco - consacrés à la conception de trois ordres de systématisation énergétique - et ceux de Gilbert Durand, décrivant l'Imaginaire selon trois orientations structurales.

Plus précisément, je voudrais, à partir de quelques documents, montrer comment des notions établies par Stéphane Lupasco - je veux parler (en particulier) de sa conception d'un dynamisme hétérogénéisant et d'un dynamisme homogénéisant ainsi que du principe d'antagonisme ont pu être utilisées dans le cadre de l'approche anthropologique de l'imaginaire selon la perspective établie par Gilbert Durand.

En 1960, G. Durand présente sa thèse consistant à montrer que l'imaginaire peut se concevoir selon trois dimensions structurales qu'il dénomme : schizomorphe (ou héroïque), mystique et synthétique.

Je ne peux pas, dans ce court exposé, entrer dans le détail de cette théorie [1] . Par contre deux illustrations - provenant de mes propres recherches - peuvent nous faire comprendre en quoi consiste l'imaginaire héroïque et l'imaginaire mystique [2] .

Ces illustrations vont aussi - et surtout - nous permettre de montrer comment leur analyse bénéficie d'une application de concepts empruntés à S. Lupasco.

Auparavant, je dois expliquer l'origine de ces illustrations. Disons, pour faire bref, qu'elles proviennent d'une recherche que j'ai effectuée entre 1961 et 1963 destinée à étudier la validité de la théorie des structures de l'imaginaire établie par G. Durand.

Dans ce but j'ai élaboré un modèle expérimental - se présentant sous la forme d'un test - consistant à faire réaliser un dessin et un récit à partir de 9 mots-stimuli destinés à simuler symboliquement la théorie de l'imaginaire de G.Durand. Par la suite cette technique a été appelée Archétype-Test ou AT.9 [3] .

En pratique, ce test consiste à demander aux personnes étudiées de réaliser un dessin et d'effectuer ensuite un récit à partir des 9 mots suivants : une chute, une épée, un refuge, un monstre dévorant, quelque chose de cyclique (qui tourne, qui se reproduit ou qui progresse), un personnage, de l'eau, un animal, du feu.

I - Antagonisme d'actualisation/potentialisation et classification des documents-AT.9

Parmi les documents que j'obtins avec cette méthode, certains ne comportaient aucune ambiguité. C'est le cas des deux illustrations ( A et B) reproduites dans l'Annexe I.

La première illustration (dessin A) représente une production de type héroïque . On observera, en particulier, que tous les éléments figurés concourent au symbolisme héroique articulé autour de l'affrontement du personnage et du monstre dévorant.

La deuxième illustration (dessin B) montre un univers mythique de type mystique . Ici, les divers éléments représentés s'inscrivent dans une atmosphère de vie paisible conforme à l'imaginaire mystique, tel qu'il est défini par G. Durand dans sa théorie [4] .

Pour les documents semblables aux précédents on ne note aucun problème de classification. En effet : ou bien ces documents entrent dans la rubrique héroïque, ou bien ils relèvent de la catégorie mystique.

Cependant, certaines productions ne peuvent être rangées sans réserve dans l'une ou l'autre des catégories mythiques précédentes car elles comportent à la fois, une émergence d'imaginaire héroique et d'imaginaire mystique (cf. Annexe II, illustrations C et D).

Lorsque j'ai rencontré ce problème - à l'époque où j' effectuais la classification de mes documents - j'étais très perplexe. En effet j'appréhendais ces faits comme peu conformes à la théorie de G. Durand.

Dans celle-ci, en effet, les structures héroïques et mystiques sont décrites séparément et semblent exclusives l'une de l'autre et cela d'autant plus que la troisième structure - qualifiée de "synthétique" - n' implique en aucune façon les deux premières.

C'est alors - nous sommes en 1962 - que, tout à fait par hasard, j'eus connaissance des travaux de de S. Lupasco. Ayant acheté la revue Arguments (dirigée par E. Morin), pour un article de philosophie qui avait attiré mon attention dans le sommaire, j'y trouvais un texte de S. Lupasco, intitulé Systémologie et Cosmologie .

Ce texte fut pour moi une révélation . Il m'incita à me procurer Les trois matières et, par la suite, la plupart des autres ouvrages de S. Lupasco.

La perspective développée par S. Lupasco à propos de l'existence des phénomènes énergétiques - à savoir que pour exister tout dynamisme implique un dynamisme antagoniste de façon à ce que l'actualisation de l'un potentialise l'autre - me sembla, en effet, de nature à être appliqué aux processus de l'imaginaire.

L'incomparable intérêt de cette perspective était que non seulement les productions de l'imaginaire (constituant ma documentation) qui contenaient à la fois un symbolisme héroïque et mystique ne faisaient plus problème - un problème qu'antérieurement j'assimilais à une incompatibilité d'ordre "logique" - mais elles comportaient désormais des faits permettant d'envisager une extension systémique de l'approche structurale développée par G. Durand dans sa théorie.

Cette nouvelle approche signifiait qu'au lieu d'effectuer une analyse monopolaire - c'est-à-dire de chercher à définir la caractéristique soit héroïque, soit mystique - d'un univers mythique donné, il convenait désormais de procéder à une lecture bi-polaire (héroïco-mystique).

Dès lors la classification des documents obtenus, dans le cadre de mon exploration de l'imaginaire, a pu être conduite de façon cohérente et cela conformément à l'approche systémique développée par S. Lupasco, en particulier par la mise en oeuvre de deux postulats-clés : à savoir le principe d'antagonisme et la logique dynamique du contradictoire.

II - Eléments de classification des productions de la série héroïco-mystique

Examinons rapidement comment se présente cette classification revue à partir des postulats d'antagonisme actualisation/potentialisation selon la perspective de S. Lupasco.

Deux règles sont définies : 1. Règle de désignation thématique et 2. Règle d'actualisation/potentialisation des polarités.

En pratique : la désignation thématique est liée à l'action attribuable au personnage. Quant à l'actualisation/potentialisation des polarités elle marque en quelque sorte le"poids" d'une polarité par rapport à l'autre et contribue à définir des catégories intermédiaires de classification.

D'une façon générale on peut dire qu'une production donnée, relevant de la série héroïco-mystique, se caractérise :

- soit par sa polarité héroïque actualisée et simultanément par sa polarité mystique potentialisée;

- soit par sa polarité mystique actualisée et simultanément par sa polarité héroïque potentialisée.

Exemples:

- Production B (cf. Annexe I). Il s'agit d'un thème qualifiable de "mystique" selon la terminologie de G. Durand car centré sur une action de vie paisible autour du personnage.

Conformément à la nouvelle approche : nous dirons de cette production qu'elle se caractérise par une actualisation de la polarité mystique et par une potentialisation de la polarité héroïque.

Cette potentialisation héroïque est lisible à travers les représentations symboliques du monstre dévorant et de l'épée . Dans le dessin de l'illustration B : ils sont figurés emblématiquement sur le panneau indicateur.

Nous remarquerons que le monstre et l'épée constituent des éléments utiles pour un combat. Par contre ils ne revêtent pas un rôle fonctionnel dans un contexte de vie paisible. Ce combat a peut-être eu lieu dans le passé pour l'auteur d'une production de type mystique. En tout cas il n'est pas actuel.

C'est pourquoi les éléments utiles à ce combat sont défonctionnalisés, transformés en symboles décoratifs ou emblématiques, cela afin de les intégrer potentiellement à un ensemble actualisé autour de la polarité mystique de l'imaginaire.

Il est intéressant d'analyser les procédures de traitement du monstre et de l'épée dans le cadre des productions mystiques : elles sont en effet indicatrices des divers aspects du processus de potentialisation de la polarité héroïque au sein de la polarité mystique.

On observe que cela pose souvent problème aux personnes effectuant ce test. Ainsi :

- certains sujets ne représentent pas le monstre et/ou l'épée;

- d'autres réprésentent ces éléments selon une fonction sinon discordante du moins peu congruente par rapport au thème central mystique;

- d'autres, enfin, adoptent une solution ludique en représentant par exemple des enfants jouant avec des épées en compagnie d'un acteur ou d'un jouet "monstrueux" (par sa taille par exemple) mais pas dangereux.

Toutes ces particularités - témoignant d'une mise en oeuvre plus ou moins laborieuse du processus de potentialisation héroïque - ont permis d'établir les rubriques d'une classification précise des productions qualifiées de mystiques.

Ainsi la production B (cf. Annexe I) entre dans la catégorie "mystique-intégrée", catégorie intégrant la potentialisation héroïque avec la plus grande souplesse rhétorique.

De façon similaire - mais inversement - il est possible d'analyser les particularités de la potentialisation de la polarité mystique au sein de la polarité héroïque actualisée.

Par exemple, l'illustration A (cf. Annexe I) montre l'actualisation mythique de type héroïque-intégré. Dans ce contexte la potentialisation de la polarité mystique s'observe à travers la redondance du décor mythique .

Cette redondance - observable, dans certains cas, de façon encore plus accentuée que dans l'illustration A - traduit une intention décorative (quasi-esthétique). Cette attention portée au cadre exprime la potentialisation de la polarité mystique au sein de l'imaginaire héroïque.

A l'inverse, dans d'autres productions, le graphisme se raréfie ainsi que le nombre de représentations. Les seuls éléments figurés sont alors ceux directement utiles au combat , c'est-à-dire le personnage, le monstre, l'épée et également le feu.

Par ailleurs - et dans d'autres productions encore - l'actualisation de la polarité héroïque va (en quelque sorte) diminuer d'intensité et libérer la potentialisation mystique qui tendra alors à s'actualiser de façon fonctionnelle.

C'est ce qui se passe dans le cadre de l'illustration C (cf. Annexe II). Cette production qualifié " d'héroïque-détendue " nous montre bien comment peut varier le processus d'antagonisme sous-jacent. Dans cet exemple : un degré de plus - dans le sens de la potentialisation héroïque - et l'on aurait affaire à une production qualifiable de mystique (parce qu'ayant, si l'on peut dire, "basculé" dans l'autre polarité).

Finalement j'ai pu établir une classification nuancée de mes documents sur l'imaginaire. J'ai ainsi distingué deux séries d'actualisation : l'une héroïque et l'autre mystique comportant chacune quatre catégories s'étalant entre une orientation hyperpolarisatrice (monopolaire) et une tendance à un équilibrage bipolaire.

Cette démonstration serait incomplète si je passais sous silence l'existence de faits susceptibles d'être en quelque sorte "prévisibles" à partir d'une argumentation s'appuyant sur les postulats établis par S. Lupasco.

En effet, sur la base des données précédentes, on peut concevoir le raisonnement suivant : puisqu'il est démontré que les polarités héroïques et mystiques de l'imaginaire coexistent comme deux forces de cohésion de l'imaginaire ( articulées selon un principe d'antagonisme), n'existe-t-il pas des univers mythiques caractérisés par un état intermédiaire - je ne parle pas ici "d'état T" ! - dans lequel on assisterait à une double actualisation héroïco-mystique équilibrée ?

Et bien oui, précisément, de telles productions existent ! La figure D (cf. Annexe II) en constitue une illustration. L' élaboration de cette production a nécéssité, - remarquons-le - le redoublement du personnage . Cette procédure a permis de réaliser ainsi la double actualisation des polarités héroïque et mystique de l'imaginaire et en même temps leurs potentialisations respectives (par l'intermédiaire du rêve).

Les productions de ce type font l'objet d'une catégorie déterminée - distincte des précédentes - appelée de façon générique : " doubles-univers existentiels".

Finalement cette classification, dans son ensemble, n'a jamais été remise en cause en plus de trente années d'application. Je crois pouvoir dire que sans l'apport de S. Lupasco elle n'aurait pu être établie avec autant de cohérence et d'intérêt heuristique.

III - Processus d'homogénéisation/hétérogénéisation et théorie de l'imaginaire

Cependant l'application des postulats établis par S. Lupasco à la recherche sur l'imaginaire ne s'est pas limitée à la seule élaboration d'une procédure de classification des documents obtenus à partir de l'Archétype-Test à 9 éléments encore que cela représente un apport considérable.

Lorsque j'ai envisagé cette utilisation de l'approche élaborée par S. Lupasco pour mettre de l'ordre dans mes documents - qui impliquaient (en la mettant en oeuvre) la théorie de l'imaginaire de G. Durand - j'en ai, bien entendu, fait part à celui-ci. De plus j'avais émis l'hypothèse d'une possible similarité entre :

- d'une part la polarité héroïque (qualifiée de schizomorphe par G. Durand) et le dynamisme hétérogénéisant défini par S. Lupasco;

- et, d'autre part, la polarité mystique selon G. Durand et le dynamisme homogénéisant postulé par S. Lupasco.

Je me rappelle que G. Durand a été enthousiasmé par les perspectives ainsi ouvertes. J'ai d'ailleurs conservé les traces d'une correspondance avec lui à ce sujet [5] .

Cet intérêt pour les conceptions développées par S. Lupasco a conduit G. Durand à envisager, dès la deuxième édition des Structures anthropologiques de l'imaginaire (1963) , une substitution possible de sa terminologie (ambigüe à cause des termes schizomorphe et mystique) par celle de S. Lupasco.

Toutefois, il réalisa que les termes d'homogénéisation et d'hétérogénéisation ne contribuaient pas à clarifier sa conception. Il rencontra d'ailleurs S. Lupasco à ce sujet et s'est expliqué de cette difficulté de terminologie dans l' Annexe I de la deuxième édition des Structures , intitulée : De l'utilisation en archétypologie de la terminologie de S. Lupasco [6] .

Cependant, au-delà de ce problème de terminologie, la perspective systémique inhérente à l' approche développée par S. Lupasco a amené G. Durand à préciser son approche structurale et finalement à l'expliciter d'une façon plus nettement systémique qu'il ne l'avait fait dans ses premiers travaux.

*****

En conclusion, j'espère avoir montré comment les postulats établis par S. Lupasco ont contribué à influencer la démarche de travaux sur l'imaginaire devenus classiques.

Pour résumer je dirais que la conception structurale de l'imaginaire inaugurée par G. Durand a trouvé avec l'approche systémique développée par S. Lupasco une dimension nouvelle.

De son côté S. Lupasco s'est également intéréssé à la notion de structure. Il a développé magistralement sa conception dans un petit livre édité en 1967 et intitulé: Qu'est-ce qu'une structure ?

Je possède, bien sûr, cet ouvrage. Mais sa valeur est pour moi affective car il m'a été offert et dédicacé par S. Lupasco lui-même. C'est une raison supplémentaire d'être heureux, aujourd'hui, d'avoir pu apporter ma contribution à la reconnaissance de son oeuvre.

Yves DURAND

NOTES ET RÉFÉRENCES


[1] Cf. G. Durand, Les structures anthropologiques de l'imaginaire , 12ème édition, Dunod, Paris 1997. Traduction en roumain existante. Cf. Réedition, Univers Enciclopedic, 1997.

[2] Cf. Annexe I.

[3] Cf. Y. Durand, L'exploration de l'imaginaire , L'espace bleu, Paris, 1988.

[4] A l'adjectif mystique G. Durand donne "son sens le plus courant en lequel se conjuguent une volonté d'union et un goût de la secrète intimité". Cf. op. cit., p. 276.

[5] Un extrait de cette correspondance est reproduit dans l'Annexe III du présent article.

[6] Un extrait de ce texte est reproduit ci-après dans notre Annexe IV.


[Annexe I]   [Annexe II]   [Annexe III]   [Annexe IV]  


Bulletin Interactif du Centre International de Recherches et Études transdisciplinaires n° 13 - Mai 1998

sommaire 

Centre International de Recherches et études Transdisciplinaires
http://ciret-transdisciplinarity.org/bulletin/b13c3.php - Dernière mise à jour : Samedi, 20 octobre 2012 11:54:56