BULLETIN N° 3-4

Mars 1995


bulletins sommaire suivant


ÉDITORIAL

Deux événements majeurs ont marqué la vie de notre association ces derniers mois : la Journée du CIRET à l'UNESCO et le 1er Congrès Mondial de la Transdisciplinarité (76 participants de 17 pays). Vous en trouverez un large écho dans ce numéro double de notre Bulletin Interactif. Qu'il me soit permis d'exprimer ici quelques impressions personnelles sur la nouvelle phase de notre activité transdisciplinaire, dont ces deux événements sont un puissant reflet.

Le lieu même de notre Journée avait valeur de symbole. Madame Madeleine Gobeil, qui nous honore de son amitié vigilante, a bien voulu nous accueillir à l'UNESCO, lieu destiné à bâtir la paix dans l'esprit des hommes - finalité fondatrice, par excellence transdisciplinaire. La présence dans la salle des hautes autorités de l'UNESCO et l'intérêt que Federico Mayor porte personnellement à nos activités désignent d'emblée l'enjeu de cette journée.

Peu à peu la belle salle se remplissait bien au delà de toutes nos prévisions, car la Journée avait été organisée sans aucune publicité extérieure. Je découvrais avec ravissement le visage de nombreux amis qui affluaient de province et de l'étranger. Mon seul regret fut de n'avoir pu consacrer à chacun d'entre eux autant de temps que je l'avais désiré. La qualité des exposés et des débats, la richesse des interventions dans la séance de l'après-midi ont déterminé la prise de conscience soudaine de ce qui nous unissait au delà de notre grande diversité. Est-ce un hasard si l'intervention finale fut celle de haute envolée lyrique, intellectuelle et spirituelle de Dan Haulica qui s'exprimait non pas en tant que Vice-Président du Comité Exécutif de l'UNESCO mais plutôt à titre personnel, en tant qu'homme de grande culture? Bref, notre Journée, en bénéficiant de la présence active de Lima de Freitas, a été une bonne étape préparatoire du 1er Congrès Mondial de la Transdisciplinarité.

Il faut reconnaître ouvertement que l'organisation du congrès d'Arrábida a tenu du domaine du miracle si nous pensons aux moyens financiers très modestes qui étaient à la disposition des organisateurs du congrès. Sans l'abnégation et l'effort obstiné de toute l'équipe portugaise, ayant à sa tête Lima de Freitas, ce congrès n'aurait pas pu avoir lieu. Cette pauvreté assumée s'accordait bien avec l'esprit du lieu et elle est peut-être inhérente à toute approche nouvelle (ce qui ne veut pas dire que la transdisciplinarité doit se cantonner à l'infini dans cette attitude de pauvreté assumée…). L'omniprésence discrète de Helle, l'épouse de Lima et de leur fils José ajouta une dimension conviviale à ce congrès de haute tenue.

Au lieu d'un compte-rendu, bon pour les archives, nous avons préféré publier dans le présent numéro de notre Bulletin Interactif quelques "témoignages d'impressions", qui éclairent bien l'événement qui s'est produit au Couvent d'Arrábida. Ces témoignages sont complétés d'une manière heureuse par celui d'Edgar Morin, dans les quelques pages de son nouveau livre Une année Sisyphe , qui me parvient juste au moment de la rédaction du présent "Éditorial". Soit dit en passant, Edgar me nomme dans ce livre, avec sa générosité habituelle, le "messie" de la transdisciplinarité. Merci, Jean-Baptiste! Sans les encouragements constants et forts d'Edgar Morin, en conjonction avec ceux d'autres amis comme Michel Cazenave, Jacques Robin, Antoine Faivre, René Berger, Roberto Juarroz, Lima de Freitas, Michel Camus, Georges Guelfand et Daniel Raby je n'aurais jamais pris en 1993 la décision de relancer l'activité du CIRET sur des bases nouvelles. La transdisciplinarité est une Žuvre collective où chacun et chacune ont leur propre place.

Ce qui m'a intéressé le plus à ce congrès c'est qu'il est devenu lui-même, au fur et à mesure du déroulement des journées, un véritable acte transdisciplinaire , imprévisible et qui se bâtissait devant nos propres yeux au delà des discours préparés à l'avance. L'implication de l'intérieur de la majorité des participants a été clairement perceptible vers le milieu du congrès, malgré (ou grâce à) l'extraordinaire diversité de ceux et celles qui participaient à ce congrès ouvert, où chacun et chacune pouvaient exprimer toute opinion ou toute tendance transdisciplinaire, sans aucune contrainte. Même l'inattendu était intégré d'une manière harmonieuse dans cette transdisciplinarité en acte qu'est devenu le congrès d'Arrábida. Comme, par exemple, cet événement fortuit qui m'a fourni la chance d'un long entretien en tête-à-tête avec Monsieur Mário Soares, Président de la République Portugaise, au cours duquel j'ai découvert, loin de tout aspect protocolaire ou mondain, son intérêt authentique pour la transdisciplinarité, fondé sur une solide documentation.

Un moment important fut la préparation et l'adoption de La Charte de la Transdisciplinarité , document fondateur qui sera peut-être connu un jour sous le nom de La Charte d'Arrábida. Le travail en commission, à côté d'Edgar Morin et Lima de Freitas, au cours duquel nous avons remanié le projet présenté au nom du CIRET (rédigé par René Berger, Michel Camus et moi-même) fut l'occasion d'extraordinaires échanges.

La résurrection du sujet est une des facettes de la nouveauté radicale de la transdisciplinarité, qui peut emmener la simplification tant recherchée dans le domaine de la complexité. Nous recherchons tous, certes, une réforme de pensée, condition préalable de toute autre transformation - économique, politique ou sociale. Mais cette réforme de pensée, si elle se réalise un jour, va nécessairement échouer soit en pur verbiage soit en nouveau système totalitaire de pensée si elle n'est pas simultanément accompagnée d'une transformation intérieure des chercheurs transdisciplinaires eux-mêmes. L'équilibre entre l'univers extérieur et l'univers intérieur est une des clés de la transdisciplinarité nouvelle, que j'aimerais nommer transdisciplinarité quantique, en m'inspirant de la différence entre physique quantique et physique classique et pour la distinguer de la transdisciplinarité classique - celle de Jean Piaget et des autres grands précurseurs (Edgar Morin, quant à lui, préfère la terminologie "transdisciplinarité restreinte" et "transdisciplinarité généralisée", par analogie avec les deux théories de la relativité d'Einstein).

Au congrès d'Arrábida il fût évident que la transdisciplinarité ne s'opposait pas aux approches disciplinaire, multidisciplinaire et interdisciplinaire. Tout au contraire, elle agit de concert avec ces autres approches, chaque approche gardant sa propre place dans une très importante interaction en réseau. La notion de degrés de transdisciplinarité, conséquence directe de la notion de "niveaux de Réalité" et qui était présente dans plusieurs communications au congrès, nous aide à comprendre la nature de cette interaction; elle va constituer certainement dans l'avenir un important thème de recherche. Quelques tentatives frileuses de défense au nom de l'éternel esprit de possession des territoires et même quelques tentatives de récupération au nom d'un territoire ou d'un autre ont néanmoins été présentes au congrès d'Arrábida mais elles ont été très rapidement marginalisées.

Dans un texte très ancien il est écrit : "Le puits est là pour tout le monde. Aucune défense ne vient gêner ceux qui veulent y puiser. Si nombreux soient-ils à venir, ils trouvent ce dont ils ont besoin, car on peut compter sur le puits. Il possède une source et n'est jamais à sec ; c'est pourquoi il constitue une grande fortune pour le pays tout entier. Il en est de même de l'homme véritablement grand qui possède un trésor inépuisable d'excellence intérieure. Plus on y puise, plus son trésor s'accroît". Je crois que ces quelques lignes décrivent bien la situation actuelle de la transdisciplinarité - espace de liberté, de tolérance, de compréhension et de culture pour la paix dans le monde trouble d'aujourd'hui.

Association véritablement internationale (plus du quart de nos membres sont domiciliés à l'étranger) et d'une extraordinaire potentialité intellectuelle et morale, le CIRET peut jouer un rôle important sur cette voie, en interaction en réseau avec les autres institution et associations qui nous sont proches. Chaque membre du CIRET a son propre rôle à jouer dans la transformation de cette potentialité en actualité agissante.

Basarab Nicolescu


Bulletin Interactif du Centre International de Recherches et Études transdisciplinaires n° 3-4 - Mars 1995

bulletins sommaire suivant ´╗┐

Centre International de Recherches et études Transdisciplinaires
http://ciret-transdisciplinarity.org/bulletin/b3et4c1.php - Dernière mise ├á jour : Samedi, 20 octobre 2012 14:00:10