MICHELLE TALANDIER

Un débat sur le phénomène Internet est diffusé par
l'EPFL sur … Internet
Une première !


Compte-rendu du dbat sur l'Internet, Internet, le 18 janvier 1996 :
Voir aussi l'article de René Berger dans la section "Etudes et Recherches"


De Lausanne, Paris, Lisbonne et San Francisco, quatre personnalités des sciences et de la culture ont débattu du phénomène Internet, au cours d'une vidéoconférence réalisée sur MBone/Internet. Un événement qui fera date.



" Attention! plateau dans une minute ! ". La voix vient de la régie du studio de télévision de l'EPFL. Les secondes s'égrènent... Le cameraman effectue ses derniers réglages, le professeur René Berger guette le top de départ et commence: " De la préhistoire à la post- histoire, émergence d'une trans-culture, tel est le thème de la conférence qui nous réunis aujourd'hui..."

La conférence dont il est question rassemble, autour du philosophe et historien d'art René Berger, Philippe Quéau, directeur de recherche à l'INA et organisateur d'Imagina, qui se trouve dans les locaux de l'INRIA (Paris), Bernard Allien, président du Franklin Research Center, au Lawrence Berkeley National Laboratory (Californie), spécialiste en analyse des systèmes d'opinion publique et, à Lisbonne, l'architecte et urbaniste portugais, Emanuel Pimenta. Lieu de la réunion? un espace virtuel, immatériel, impalpable, l'écran d'un moniteur, de quatre moniteurs, une mise en abîme...Vertigineux.

On l'aura deviné, la manifestation qui se déroule sous nos yeux est une vidéo-conférence. Mais, elle a ceci d'original qu'elle est diffusée sur sur MBone (Multicast Backbone), un réseau virtuel qui utilise Internet pour véhiculer des informations provenant d'une même source vers plusieurs destinataires, sans recourir à des réseaux dédiés pour la communication multimédia (voir encadré).

Un regard partagé

Sur l'écran de télé, s'affichent cinq fenêtres: les visages des orateurs et la salle du Musée des Arts Décoratifs à Lausanne. En effet, la conférence est illustrée tout au long par des images en direct de l'exposition "Jacques-Edouard Berger: un regard partagé". Titre ô combien symbolique en l'occurrence.

Nous assistons là à une première. Et chacun est conscient de l'importance de l'événement. Un saut technologique sans aucun doute et un nouveau jalon dans l'évolution de la société dont les orateurs supputent les retombées. " Toute une partie de notre culture se fera au moyen de choses invisibles intrinsèquement et rendues visibles virtuellement ", annonce René Berger et d'évoquer la fameuse grotte Chauvet, qui, fermée au public dans les jours qui ont suivi sa découverte en 1994, a pu, trois semaines plus tard, être " visitée " par des milliers de touristes sur Internet. Pour Philippe Quéau, c'est un bouleversement économique en profondeur qui se prépare: " La radicalisation du télétravail, la généralisation des cyber-entreprises, délocalisées, virtualisées vont constituer un choc frontal pour les visions classiques du monde, habituées à la centralité, la territorialité, la matérialité.(...) Il nous reste à inventer une philosophie de la valeur, une éthique du pouvoir, une esthétique du virtuel, une volonté de communauté et de mémoire, une solidarité humaine globale. "

Une affaire de pros

En théorie, tout utilisateur d'Internet peut organiser une téléconférence sur MBone. Toutes les applications qui permettent de les réaliser (VAT pour l'audio-conférence, VIC pour la vidéo, White board pour l'échange d'information entre les partcipants et SD pour l'annonce et la sélection des conférences) sont du domaine public et tournent dans le monde Unix. Toutefois, seule une équipe de spécialistes utilisant un matériel professionnel est en mesure de mener à bien ce genre d'opération qui allie les mondes de l'audiovisuel, de la TV et du numérique. Ainsi la manifestation organisée à l'EPFL a deux spécialistes MBone, Richard Timsit et José Barrutia, Jean-Marie Moser responsable de la régie vidéo et Sylvia Fuller chargée de la traduction simultanée en anglais (sur un second canal VAT); Francis Lapique et Jacqueline Dousson coordonnait le projet. Une station Silicon Graphics assutait le transport des images vidéo filmées en direct au Musée des Arts décoratifs vers une station identique chez de la société Fastnet, fournisseur de prestations sur Internet. Les PTT avait, pour la circonstance, mis à disposition une ligne Swissnet.

La téléconférence a nécessité quelques préparatifs. Il a fallu prendre contact avec les conférenciers et les techniciens des différents sites, tester les liaisons, les capacités de transmissions, audiovisuelles, annoncer l'événement, etc.

L'expérience* a été une réussite, en dépit des balbutiements inhérents à sa nouveauté, la liaison son avec Paris s'est révélée quelque peu chaotique (les données passent d'abord par les Etats-Unis, puis le Japon), les images se sont parfois fragmentées (le taux de rafraîchissement d'écran est encore insuffisant) mais ces imperfections n'en n'ont rendu que plus sensible cette impression de fouler un sol nouveau, une impression qui n'était pas sans évoquer cette fameuse nuit de juillet 1969, où le monde entier attendait haletant le premier pas de Neil Armstrong sur le sol lunaire.

MICHELLE TALANDIER



* Vous pouvez consulter l'URL souvenir de cet événement sur Internet en tapant: http://www-uf.epfl.ch/UF/observatoire/mbone.html


La technologie MBone

MBone est un réseau virtuel qui se superpose en quelque sorte à Internet pour véhiculer de l'information en technologie multicast.

Contrairement à la technologie classique unicast qui implique l'établissement d'autant de liaisons qu'il y a de destinataires, le multicast permet à un même paquet d'informations émis par une source d'être reçu par plusieurs destinataires (jusqu'à 20000 personnes) . Aujourd'hui, MBone dispose de 1100 sous-réseaux de diffusion dans 26 pays. Cette technologie, même si sa mise en œuvre exige le recours de professionnels, revient infiniement moins chère que la location de lignes dédiées et surtout l'ATM. Bien entendu, l'usage de MBone sous-entend une éthique: ce service est mis à disposition de la communauté internationale, ce qui implique pour chacun de ses usagers un respect mutuel. Ainsi, au même titre qu'un spectateur ne peut intervenir dans une pièce de théâtre, tout un chacun ne saurait s'immiscer dans un débat sans y être convié, un orateur tenir la parole au delà d'un temps raisonnable, etc.

début


Bulletin Interactif du Centre International de Recherches et Études transdisciplinaires n° 7-8 - Avril 1996

sommaire précédent suivant 

Centre International de Recherches et études Transdisciplinaires
http://ciret-transdisciplinarity.org/bulletin/b7et8c8.php - Dernière mise à jour : Samedi, 20 octobre 2012 14:00:16